Covid-19/JOSE AMOUSSOU PDT CJUR

Comme un coup de massu,les togolais apprenaient dans une note rendue publique le samedi 6 juin la suspension jusqu’à nouvel ordre des luttes, taditionnelles Evala en pays Kabyè .L’echo de cette annonce faite par le Président du comité préfectoral des chefs traditionnels de Kozah, garant des us et coutume a fait forte impression et une indignation generalisée.Piqué au vif par cette fausse note,le Président de la coalition jeunesse Unie pour la Renaissance(CJUR-Togo) reagit José Amoussou.Il estime que plusieurs facteurs demontrent à

suffisance la mise sous contrôle de la pandemie de la Covid-19 au Togo en témoigne l’allègement le mardi 8 juin dernier des mesures prises dans le cadre de l’urgence sanitaire pour briser la chaine de contamination du coranavirus. José Amoussou estime que cette fête est devenue au fil des temps un creuset de rencontre nationale voir internationale.Sans faire de propagation d’idéologie,il part d’un constat factuel des contingences des effets de la Covid-19 sur la vie économique et culturelle dont il partage entièrement les preoccupations,les pays qui ont frolé le pire rouvrent les lieux de rencontre publique.Il n’y a pas de raison que cette pandemie dont peine à connaitre dans une démarche efficace toute la realité continue par bouleversser nos économie et meme nos traditions.Il est meme admis qu’il faut apprendre à vivre avec la pandemie ce qui justifie les mecanismes de relèvement économique en vue aujourd’hui.L’un des clichés de ce relèvement prend en compte naturellement cette rencontre culturelle en terme d’entrée touristique et permettra au secteur hôtelier lourdement eprouvé et agonissant pendant cette période d’intense perturbation de se relever à defaux, d’ètre convalescent.Il mise son argumentaire sur l’enlisement constaté de l’économie et le desire accru de porter haute la flamme de nos coutumes.Tout en étant en phase avec le respect des gestes barrières qui peuvent toujours prevaloir dans l’organisation des luttes Evala,il s’insurge contre son repport.
Au regard de ses préoccupations portée par la quasi majorité ou presque des togolais il lance un appel au comité d’organisation de revoir sa copie et de maintenir l’agenda de ses luttes peut ètre avec un glissement de calendrier.

Car a-t il conclu les lutte Evala ne sont plus une exclusivite des Kabyè elle est desormais internationale avec d’autres activités connexes.

Pour rappel, le communiqué précise que la cérémonie se limitera symboliquement à la descente du souverain sacrificateur en accord avec les prières traditonnels.

Cette ennulation signée par le Préfet Bakali Badibawu et le Président du comité Sama Kouya Batcharo concerne également les autres cérémonies prévues à Akpéma, Kondona, Habyè au cours du quinquennale 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *