Les littéraires du Togo affutent leurs armes pour revendiquer l’émancipation culturelle de l’Afrique

la table lors de l’ouverture

Du 06 au 07 mai 2021, étudiants, éditeurs, écrivains et enseignants chercheurs ont échangé sur le rôle et la contribution de la littérature appliquée au développement des sociétés. Cette rencontre qui a eu pour cadre, la salle de conférence du cabinet Nabinex et Parteners sis à Lomé Gblenkomé avait pour thème : littérature et émancipation culturelle de l’Afrique.

 Les valeurs culturelles telles que la solidarité, le respect, l’amour du prochain qui constituent le ciment de l’harmonie sociale dans la culture africaine ont connu des dépravations. La dégradation de ces valeurs culturelles africaines a été réconfortée par le contexte de la mondialisation qui instaure d’autres modes de vie telle que l’individualisme et la reproduction sans discernement des valeurs étrangères. Des déviations culturelles dénoncées à travers chants,  poèmes,  slams,  communications et des expositions au cours de cet atelier pour revendiquer l’émancipation culturelle de l’Afrique.

les littéraires suivant réligieusement un orateur

L’initiative est du cabinet Nabinex & Partners, un service spécialisé dans la recherche appliquée au développement. Son Directeur, le docteur Gnandi Nabine, a situé le contexte qui prévaut et qui a nécessité l’organisation de ces assises littéraires en ces termes. « Il n’est pas à démontrer que l’Afrique fait face à un défi majeur, celui de l’identité parce qu’à travers tout ce que  nous voyons : des guerres et tout autre manifestation qui dépeint la dépravation des mœurs, il est  tant qu’on s’ interroge  sur la véritable toile de  fond  des choses, on se rend compte que c’est cette déperdition du point de vue   culturelle qui est à la base de toute cette déviation, il s’agit maintenant de voir dans quel sens ou dans quelle mesure, nous allons relever ce défi  à travers les différentes facettes que nous offre la littérature ».

La bandeau

Au terme des débats qui ont suivi les communications et exposés, les conférenciers estiment qu’il faut donc permettre à la littérature de jouer son rôle d’éveil des consciences. Pour Kouméalo Anaté, enseignant chercheur à l’Université de Lomé et une des figures emblématiques de la littérature togolaise, les littéraires doivent reprendre leurs rôles de vecteurs des valeurs culturelles. « La littérature sert de vecteur aux valeurs culturelles, de vecteur de  vision du monde, de valeurs capable de former, de transformer l’individu et  partant de l’individu d’impacter l’environnement par ricochet, la société. Notre réflexion nous a permis de montrer que la littérature est indissociable aussi de la question de la paix et   de l’équité dans la mesure où elle se donne parfois pour mission de questionner  le fonctionnement de notre société, de mettre à nu  certaines dérives ; qu’elle critique ce qui ne va pas et  dénonce ce qui ne va pas  dans cette recherche d’une certaine forme de justice sociale, dans cette quête de ce qui peut améliorer le vivre ensemble. »

Littérature et promotion  de la paix et l’équité en Afrique, littérature et gestion des situations de crise, genres littéraires et didactiques des langues et cultures  en Afrique sont entre autre des thèmes sur lesquels ont porté des communications. Plusieurs romans et poésies relatifs à l’émancipation culturelle de l’Afrique ont été revisités par les participants au cours de cet atelier qui a rassemblé des figures de proues de la littérature togolaise.

Hokomo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *