Journée Internationale de l’Ecrivain Africain ; l’AET lance une caravane littéraire au collège NDA de Lomé

vue partielle des elèves

Dans le cadre de la célébration de la 29ème édition de la journée internationale de l’écrivain africain célébrée chaque 7 novembre, l’Association des écrivains du Togo (AET) a en différée le 5 novembre 2021 dernier mis à découvert le contenu de l’agenda de cette journée. C’était  lors d’une rencontre d’échanges avec les élèves et des enseignants venus d’horizons divers. Cette rencontre couplée du lancement de la caravane littéraire  a eu pour cadre le Collège Notre-Dame des apôtres de Lomé et pour thème : littérature et éducation. Le but visé selon les organisateurs est de rapprocher la littérature du public tout en suscitant le gout de la lecture chez les apprenants. La rencontre a connu la présence du Prof Anaté Kouméalo, présidente de l’AET, du Prof Assima-Kpatcha, de Mme Thérèse Karoué, de M. Claude Assiobo-Tis et du Dr Anoumou Amekudji tous membre de l’AET. Initié en 1992 par l’Association Panafricaine des Ecrivains (PAWA-Panafrican Writers Association) dont sont affiliées les associations nationales (AET pour le Togo), la journée du 7 novembre est consacrée à l’écrivain Africain

des sequences de la rencontre

Pour la circonstance, la Directrice du Collège NDA de Lomé Sœur Eklu Boko Brigitte a en préambule dit toute sa reconnaissance pour le choix porté sur son collège pour inaugurer l’avènement des festivités de cette 29ème édition qui pour elle revêt un double intérêt. D’une part, lever l’équivoque d’un conçu social erroné qui laisse présager que tous les écrivains ne sont plus de ce monde et d’autre part l’honneur fait à ses apprenants de frotter avec ces écrivains contemporains.  

M. Claude Assiobo-Tis avait la lourde responsabilité d’entretenir les élèves et enseignants sur le thème à l’honneur : littérature et éducation.

En plantant le décor de son exposé, l’orateur  part  de l’adaptation du discours à son contexte et donne  l’explication des deux concepts à savoir littérature et éducation. Selon lui, la littérature est un substrat de la diction, la façon de bien dire les choses et de la fiction, l’imagination de créer le réel et le rendre beau.

L’éducation selon lui s’adresse prioritairement à la jeunesse et est l’art de transmettre à la jeunesse des valeurs derrière lequel le beau s’exprime et fait rêver par l’apparence des choses. Ceci se traduit par l’interaction entre l’écrivain et le lecteur. A partir de l’imagination, l’écrivain communique son tempérament .Sans le lecteur, il n’y a pas d’écrivain et entre les deux, il y a un acteur majeur qui est le professeur de français qui transmet des valeurs avec émotion, décortique les messages des grands auteurs et aide à acquérir des valeurs. Il a deux rôles essentiels : il oriente dans le choix des livres .La lecture est une initiation à l’éducation qu’elle soit continue ou auto-éducation. Selon lui, on a besoin de la littérature tout au long de la vie pour ne pas être des hommes étriqués, ratatiné et bornés. Elle donne des ouvertures souhaité et souhaitable à tout être humain.

M.Assiobo-Tis et Mme Karoué

Dans les échanges, les écrivains ont éclairé la lanterne de ces apprenants sur la place de la littérature dans leur vie quotidienne, l’inspiration de l’écrivain, les genres littéraires, comment faire aimer l’art de la lecture et de l’écriture, les difficultés, les enjeux de l’écriture et de la lecture, les ambitions portés par l’AET pour lever les barrières qui freinent l’amour et l’adhésion à la lecture etc.

Un tour de table des différents écrivains a relevé que l’acte de lecture n’est pas chose aisée, il convoque des valeurs d’éthiques et de moral. L’écrivain a selon eux plusieurs cordes dans son arc et a des sources d’inspiration divers et variées.

Pour résoudre l’épineuse question de moins d’engouement observé pour la lecture ; plusieurs pistes sont explorées. Les clubs de lectures, des émissions littéraires sur les médias tout en dénonçant leur inexistences.

Livrant son regard pour cette rencontre d’échange, la Présidente de l’Association des Ecrivains du Togo le Professeur Kouméalo Anaté a dit toute son admiration pour l’intérêt suscité par les apprenants à la lecture pour certain et de potentiel écrivains pour d’autres. Selon elle, l’AET œuvre à la promotion et au rayonnement  des œuvres togolaises et rapproche ces œuvres du lecteur. C’est ce qui motive le choix de la caravane littéraire dans les différentes régions du Togo qui couvre la période du 07 novembre au 15 décembre 2021 dans le cadre de cette 29ème édition de la journée internationale de l’écrivain africain.Selon elle l’AET, a part rapprocher la littérature du public, accompagne les jeunes auteurs à publier leurs ouvrages.

La séance d’échange était rythmée par des questions sur des titres  des ouvrages d’auteurs qui ont vu certains élèves primés par des  ouvrages d’auteurs togolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *